__ PROCLASSIC - 5 RUE DU HARNAIS, 78120 RAMBOUILLET - 01 30 59 86 53 - 06 21 81 82 57 - proclassic@neuf.fr INSCRIPTION AU CHAMPIONNAT CONTACT

CLASSEMENTS VITESSE
CLASSEMENTS ENDURANCE
PARTENAIRES

LETTRE D'INFORMATION
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
246 Abonnés
VISITES

   visiteurs

   visiteurs en ligne



Ce qui est bien quand on descend dans le sud, c’est que l’on retrouve les sudistes ! Chaleureuses retrouvailles donc avec Alain Baup, Vincent Minot, Georges Guirado, et Inigo Jubindol qui avait fait le déplacement depuis l’Espagne.

Autres retrouvailles avec le très grand (3 fois champion d’Europe en ICGP) Jean-Paul Lecointe qui avait amené une magnifique mais malchanceuse Kawasaki KR 250 comme nous le verrons, mais aussi avec Paul Remaud sur sa Suzuki 1000 GSX tout aussi malchanceux, et Frédéric Fréon sur une Kawasaki Martin 1000J, guère moins que les 2 autres.

En plus, nous avons fait la connaissance de « petits » nouveaux bien sympathiques comme le tout jeune Maxime Micheau, mais aussi Eric Chaulet sur une bien belle Honda 600 CBR, Gilles Chabanol sur Yamaha 250 TZ millésimée 91, et Serge Guillermain sur TZ 350.

Commencé sous la pluie pour les séances qualificatives, c’est finalement sur le sec que se sont courues les 2 manches, ce qui a permis de ne pas gâcher les 2 dernières courses de la saison 2009, mais surtout de clôturer le 10eme anniversaire du championnat en claquant encore quelques chronos !
Pour tout dire, la vrai fin de saison a plutôt été le repas pris tous ensemble invité par l’association ProClassic à la fin de la dernière manche. Pilotes et accompagnateurs ont pu ainsi assimiler les calories nécessaires pour affronter la route du retour… La fratrie Arnold avait prévu le champagne comme tous les ans, et Stéphane Pitteloud en bon suisse avait amené le chocolat pour le café. Grâce leur soit rendue, surtout que malgré ces agapes, il semble que tout le monde soit arrivé à bon port !

Mais place aux courses.

En Classic 750-500, Le toujours plus sémillant Jacques Danzer (65 ans) a été l’empereur : il réalise le 1er grand chelem de toute l’histoire du championnat ProClassic. 12 victoires pour un des plus anciens licenciés de France. Qui osera encore se frotter l’année prochaine à lui et à sa très rare Suzuki-Seeley 750 GT (3 seulement en France) ? En tout cas, pour rester jeune, faites de la compétition moto ! Ce n’est pas Thomas Thomson qui dira le contraire. Très « british » dans la vie comme sur la moto, doté d’un style inimitable, il profite cette année d’une BSA fiabilisée : autant de secondes places que de courses parcourues, on ne peut pas être plus régulier, excepté sa chute à Pau. Cette fameuse régularité a aussi été le maître mot d’Eric Perronno, qui débutait cette année la compétition sur une surprenante Yamaha XS 500. Bingo, Il monte sur la 3eme marche du podium sur une petite moto autant atypique que stock, en surprenant plus d’un par la rapidité de son apprentissage. Sinon, la distance pour ce dernier week-end avait manifestement découragé les autres pilotes de la catégorie pour qui les jeux été faits de toutes façons, ou victimes des inévitables aléas professionnelles. Ceux-là ont été excusés sur mot d’absence de leurs employeurs !

En Unlimited, Vincent Creance clôturait sa première saison dans cette catégorie sur sa fidèle Guzzi portée en 1060cc ; Il n’a pas mis longtemps pour apprendre le mode d’emploi : 10 victoires et 2 secondes places sur 12 courses. Le grand chelem n’était pas loin... Bref, il coiffe sa 7eme couronne du championnat, et sa 3eme en or. Mais il en veut mortellement à Bernard Tabarly de lui avoir soufflé les deux dernières victoires et qui termine donc 1er du Week-end. Cela se réglera aux poings (pardon) aux points sur les circuits de l’année prochaine !
Les 2eme et 3eme places du classement général sont trustées par deux 350RDLC, preuve une fois de plus de l’efficacité redoutable de ces petites bêtes. Christian Degardin est donc second, bénéficiant d’une moto fiabilisée qui s’est rattrapée du cauchemar mécanique de l’année précédente. Il fallait voir comment il menait la petite Yam au milieu des Post-Unlimited… Le 3eme est Pierre Arnold, le plus jeune pilote du plateau qui a débuté la compétition la saison dernière. Il barbote la 3eme marche du podium au nez et à la barbe de son papa Hugues, qui est aussi fier de lui que ses tontons Franck et Benoit (les Arnold sont 4 de la même famille à courir le championnat, sans compter le reste de la famille et les amis qui pilotent aussi ou qui supportent du bord de la piste !). Pour revenir à Nogaro, c’est Jean-Pierre Serin sur 1000 Kawa qui empoche la coupe du 3eme après deux 3eme places : logique ! Dommage que Jean-Pierre n’est pu courir plus souvent cette année : il aurait fait parler de lui. Hugues Arnold sauve l’honneur à Nogaro en devançant d’un point son fils Pierre. Ouf ! (je me demande si Pierre ne l’a pas fait exprès pour ne pas être privé de dessert…). Serge Guillermain est donc 6eme en n’ayant pu courir malheureusement que la première manche, mais avec la satisfaction de s’être intercalé entre Hugues et Pierre Arnold. Serge Guillermain sur TZ 350 vient juste après en n’ayant pu courir que la 1ere manche ou il terminait 5eme, dommage pour la suite. Enfin, Frédéric Fréon terminait le classement sur sa Kawasaki Martin 1000, également avec uniquement la 1ere manche courue, sa moto lui ayant causé bien des misères. Il s’agissait pour Frédéric d’un apéritif de la prochaine saison qu’il compte pratiquer assidument l’année prochaine…

En Post Unlimited 750, c’est un véritable combat de Titans que se sont livrés durant toute la saison Dominique Denis-Lutard (GSXR), Christian Vite (Ducati) et Patrick Lagrive (GSXR). Les records du tour sont tous tombés et le suspens a été haletant à chaque course. Denis-Lutard sortait le grand jeu et retrouve sa couronne de 2007 qui lui avait échappé d’un cheveu l’année dernière. Christian Vite empoche l’argent en démontrant à chaque course la qualité de son pilotage sur une machine redoutable d’efficacité. Un régal pour les photographes. Patrick Lagrive se contente « seulement » du bronze, pénalisé par 3 résultats blancs. Un petit mot également sur Alain Bourachdène qui étrennait une 250 Yamaha TZ : il réussira à amener au pied du podium du classement général une machine très difficile à piloter (même pour lui !). Ce n’est ni Jérôme Lefèvre, ni Inigo Jubindol également sur cette moto qui contrediront. Si on y ajoute la prestation remarquable mais avortée d’Eric Grare sur Aprilia 250RS, on peut dire que ces racers sont taillés pour aller chercher les podiums l’année prochaine.
A Nogaro, nous cultivions le jardin d’Alain Baup, son motoculteur étant la même Ducati 851 qui était déjà présente à Pau. Tout le monde lui a du lui céder la politesse dans la 1ere manche, et sa 3eme place lors de la 2eme course lui permettra de ramener la coupe de 1er à la maison. Bravo ! Alain Bourachdene avait échangé son TZ 250 avec la Ducati de Christian Vite. Un bon choix visiblement puisqu’il ramènera l’argent. Le bronze revenait à notre immigré suisse préféré : Stéphane Pitteloud était déchainé et a remporté une magnifique seconde place lors de la 1ere course. Je prédis qu’il faudra être très attentif à lui la saison prochaine. Christian Vite est un très beau 4eme sur la difficile TZ 250, devançant d’un point seulement Vincent Minot sur Ducati qui avait visiblement retrouvé les bonnes sensations… On trouve ensuite Dominique Denis-Lutard à une 6eme place très inhabituelle. L’explication est très bête, puisqu’il a simplement perdu son bouchon d’essence dans le tour de chauffe de la 1ere course. Le diable est dans les détails l’abandon est la sanction. Pour se rattraper et finir dignement une superbe saison, il terminera 1er de la 2eme course. Non mais ! Viennent ensuite Inigo Jubindol, notre autre immigré mais cette fois espagnol, qui témoignait aussi de la difficulté à trouver ses marques sur la très exigeante TZ. Benoit Arnold (GSXR) est 8eme : c’est dire que ça cravachait dur au dessus de lui ! On trouve après le couple Georges Guirado – François Degardin départagé au cumul des points, puis Franck Bachelet qui n’a pu prendre le départ de la 2eme course sur casse moteur. Dommage après sa 5eme place de la 1ere course. Pour fermer la meute, Guy Beurrier était départagé au cumul des points de Dave Gough, puis le petit jeune Maxime Micheau de Didier Hache (sympa de voir des jeunes s’arsouiller avec nous, merci Maxime ! Et enfin Franck Arnold sur VFR– Eric Chaulet qui débutait sur une très belle CBR 600 mais qui ne put courir – très honorablement - que la première manche. Encore un atteint par le virus, et qui a bien l’intention d’être assidu l’année prochaine. Gilles Chabanol (TZ 250) est dernier avec une seule manche parcourue.

Une pensée solidaire aux grands malchanceux du week-end (tous les pilotes ont été victime d’une scoumoune mécanique un jour ou l’autre) : Le premier d’entre eux est Jean-Paul Lecointe qui avait apporté une superbe Kawa 250 KR pour parfaire sa mise au point. Un vraiment très vicieux petit gravier devait en décider autrement en perçant le radiateur d’eau. Trou, fuite, serrage, l’enchainement fatidique nous a privé de la prestation de Jean-Paul que nous attendions tous. Grosse déception, que nous espérons voir comblée l’année prochaine.

Dans le même registre, Paul Remaud n’était pas en reste avec sa Suzuki 1000 GSX qui refusera toute compétition ce week-end après les essais. Vraiment « disgusting » pour Paul pour son retour en vitesse parmi nous. Philippe Legrand était exactement dans le même cas avec sa GEX qui n’a pas voulu aller au-delà des essais. Une saison en demi-teinte pour Philippe pas du tout représentative de son niveau de pilotage, entre problème mécanique et soucis variés. Ca ira mieux l’année prochaine !

Les feuilles de temps de Nogaro :
- 1ere manche
- 2eme manche